Votre panier
  • 0 article
  • Passer la commande
ESPACE MEMBRE
BOUTIQUE EN LIGNE
CHÂTEAU DU CLOS DE VOUGEOT
LE FILM

MERCUREY 2017

14258124_1173774142687861_2543107687421178788_o

Retour sur la Saint-Vincent tournante de Mercurey

 

Mercurey Saint-Martin sous Montaigu
 
73 è Saint-Vincent Tournante dans un  esprit de la fraternité
 
« Extraordinaire » c’est l’adjectif à retenir pour qualifier la 73 è Saint-Vincent tournante des Chevaliers du Taste-vin organisée ce week-end à Mercurey et Saint-Martin sous Montaigu. Avec 100 000 visiteurs : 60 000 samedi et 40 000 dimanche, les organisateurs ne s’attendaient pas à un tel engouement. Ce résultat, est selon Amaury Devillard, président du comité d’organisation, le fruit d’une stratégie de communication basée sur le « savoir-faire et faire-savoir » Des hommes et des femmes par leur talent, leur créativité et leur capacité d’innovation, ont contribué au rayonnement de cette Saint-Vincent tournante. ».  "1000 jours qu'on prépare la Saint Vincent. On a appris à se connaître, à partager. C'est une mobilisation sans précédents dans nos communes. On s'est découvert les uns et les autres. Des gens qui ne fréquentaient peu ou pas, se sont découverts. C'est une formidable énergie qui s'est mise en route à cette occasion", précise Amaury Devillard. De son côté,  Dominique Juillot, maire de Mercurey se félicite que « Tout le monde a joué le jeu et c'était magique. »
Une valeur d’avenir
L’esprit de fraternité qui a prévalu dans la préparation de la fête s’est retrouvé pendant le défilé des sociétés de secours mutuel, durant la célébration de la messe et à l’occasion de l’intronisation des vieux vignerons à Mercurey. Il s‘est transporté au château du Clos de Vougeot où  les membres qui représentent le Saint-Vincent de chaque commune viticole possédant une société de secours mutuel, de Mâcon à Chablis, ont été conviés avec d’autres invités, à participer banquet des Chevaliers du Tastevin, servi dans le cellier cistercien du château du Clos de Vougeot. La fraternité est une valeur d’avenir qui se transmet, mais aussi une réalité de la filière viticole comme de la confrérie des Chevaliers du Tastevin ou des membres de l’ équipage d’un bateau.
Le 1153 è chapitre appelé chapitre de la Saint-Vincent tournante était présidé par le vice-amiral d’escadre Marc de Briançon commandant la force d’action navale en présence de Charles Dutoit, chef d’orchestre dont la carrière est intimement liée à l’essor du disque. « Comme sur un bateau, on retrouve ici, cette fraternité, cet esprit d’équipage », a indiqué Marc de Briançon. «Sur les tables du banquet, étaient portés six services : première assiette, deuxième assiette, entremets, dorure, issue de table et boutehors, présentés par le chef ordinaire des rôtissoires, marmites et autres quincaillerie de gueule de ladite bachique confrérie tous servis dans des assiettes en porcelaine de Limoges interprétée à la mode de Vougeot.»

La fête de l'esprit

Les mets accompagnés de grands vins dont un mercurey tasteviné 2014, -dégusté dans un verre de la Saint-Vincent tournante offert à chaque convives- ont favorisé une réjouissance du palais. Le banquet devient  aussi une fête de l’esprit. Six heures magiques d’une Bourgogne qui reçoit avec discours, harangues, chansons à boire et numéros comiques. Ce mélange de respect des traditions dans le choix des mots, dans l’usage des rites, a donné à cet après-midi festif entrecoupé de refrains à boire et d’amour ainsi que de sonneries de joyeuses fanfares, une dimension humanisme et culturelle. Le vin au cœur de notre culture. La présence d’Américains, de Mexicains, de Hollandais, de Japonais, témoignait de cette image prestigieuse que la Bourgogne tire de sa gastronomie et de ses vins qui la parfument. «  La tradition est un élan de vie qui utilise le passé afin de créer l’avenir », fait remarquer un chevalier de Roubaix. .

Les vignerons à l'honneur

« Le banquet de la Saint-Vincent tournante, c’est un grand moment de communion et un instant fort. On invite deux vignerons par village. C’est aussi une forme de récompense, pour eux. Beaucoup ne sont jamais venus nous voir. Nous les mettons à l’honneur », explique Louis Marc Chevignard, Grand Connétable de la confrérie. Le métier de vigneron est noble et difficile : il demande beaucoup de savoir-faire, affronte non seulement les aléas du marché, mais aussi ceux du climat. « Le vin langue universelle et de fraternité, chante la joie de vivre et le bonheur de se rencontrer, dans le goût de l’équilibre et le sens de la mesure », souligne la confrérie. « Lever son verre, certes, mais pas seulement pour le boire. « Celui-là n’est pas bon qui ne cherche à devenir meilleur », disait saint Bernard.
A l’occasion de cette 73è Saint-Vincent tournante, Mercurey, Saint-Martin Sous Montaigu et la Confrérie des Chevalier du Tastevin ont favorisé la transmission des valeurs de la fraternité permettant de respecter un patrimoine vivant.

 

Journal de Saône et Loire

16388246_1312953462103261_2739507037593195242_n

Ce site utilise Google Analytics. En continuant à naviguer, vous nous autorisez à déposer des cookies à des fins de mesure d'audience. Pour s'opposer à ce dépôt vous pouvez cliquer ici.    X