Votre panier
  • 0 article
  • Passer la commande
ESPACE MEMBRE
BOUTIQUE EN LIGNE
CHÂTEAU DU CLOS DE VOUGEOT
LE FILM

Les origines

CaveauNuiton

Malgré de grands millésimes (1929, 1933, 1934) la Bourgogne traverse au début des années trente une grave crise économique. Le vin ne sort pas des caves et l'argent n'y rentre pas. La Confrérie des Chevaliers du Tastevin apparaît alors comme "un rayon de soleil dans la nuit des caves"; son acte de naissance est signé le 16 novembre 1934 dans le "Caveau Nuiton" de Nuits-Saint-Georges.

La résurrection des anciennes confréries bachiques

Fondateurs

Le Tastevin, en réalité, fut la renaissance de certaines confréries bachiques des XVIIe et XVIIIe siècles qui étaient tombées dans l'oubli. Cette résurrection s'imposait pour des raisons économiques : la mévente des vins de Bourgogne consécutive à la crise mondiale.

Alors que les esprits se laissaient aller au marasme et aux craintes engendrées par cette crise, deux Bourguignons dynamiques de Nuits-Saint-Georges, Georges Faiveley et Camille Rodier, s'étaient réunis avec des amis dans une cave propice aux courageuses pensées.

Rabelais et Molière

oked recadré

Ils avaient tenu un long conseil et ne s'étaient séparés qu'après avoir pris le solennel engagement de lutter "en faveur des grands vins de France en général et ceux de Bourgogne en particulier".

Le langage était à peu près le suivant : "des vins de qualité tels que les nôtres doivent engendrer la joie et l'optimisme. Trêve de lamentations ! Si nos caves sont pleines, il faut les vider et inviter nos amis pour nous aider. Rénovons nos vieilles confréries bachiques. Pour conjurer le sort, au contraire, empruntons à Rabelais sa truculence, sa bonne humeur et à Molière sa philosophie souriante, son bon sens..."

1939, un vent d'Apocalypse souffla sur le monde. C'était la guerre, et la Confrérie des Chevaliers du Tastevin entra dans le silence. Mais son âme demeurait et quand sonna l'heure de la Libération cinq ans plus tard, elle sortit plus vivante que jamais du caveau où elle avait abrité son deuil et ses espérances.

Son premier acte fut d'acquérir le Château du Clos de Vougeot, ce qui allait lui permettre d'avoir désormais "pignon sur vignes", et c'est ce haut-lieu cistercien, véritable Acropole de la Bourgogne vineuse, qui allait devenir son Chef d'Ordre.

Ce site utilise Google Analytics. En continuant à naviguer, vous nous autorisez à déposer des cookies à des fins de mesure d'audience. Pour s'opposer à ce dépôt vous pouvez cliquer ici.    X